tornadoLA TEMPÊTE

“Voyez ! Un malheur sort de nation en nation, et une grande tempête se réveillera des parties les plus reculées de la terre.”

– Jérémie 25:32 –

 

Quand Charles Taze Russell forma en 1874 le premier petit groupe d’Etudiants de la Bible dans la ville d’Allegheny, il n’y avait même pas 10 ans que la Guerre de Sécession était finie. Pour remettre les choses dans leur contexte, à cette époque, la dernière vague de pionniers de l’ouest américain était encore en train de traverser ses interminables prairies dans des chariots tirés par des bœufs ou des chevaux et les guerres se faisaient encore avec des mousquets, des baïonnettes et des boulets de canon en fer. Quand la Watchtower lança son premier message au monde, il faudrait encore attendre dix ans avant de voir les toutes premières “voitures sans attelage”, avant de voir ces véhicules primitifs apparaître dans les rues des villes et les chemins de campagne. Et les frères Wright n’avaient même pas encore fait le premier pas qui conduirait à la naissance de l’aviation quand les premiers Étudiants de la Bible aux Etats-Unis et en Europe commencèrent à se mettre dans l’attente des grands et terrifiants spectacles dont Jésus avait annoncé l’apparition dans les cieux comme signe de sa présence.

A l’époque, le téléphone n’existait pas, la radio non plus, ni la télévision, les ordinateurs, les iPods et les satellites artificiels qui tournent autour de la terre. Les presses à imprimer manuelles et le télégraphe étaient encore le nec plus ultra des moyens de communication et la bicyclette le moyen de transport personnel le plus moderne. Le monde était à la fois plus grand et plus simple ou tout du moins, c’est comme cela qu’il paraissait.

Tel était le contexte mondial dans lequel évoluaient les membres précurseurs du mouvement moderne des Témoins de Jéhovah quand ils commencèrent à faire parler d’eux et à proclamer l’imminence de la grande tempête de Jéhovah. Et quand arriva la brève période tumultueuse de la Première Guerre mondiale et plus particulièrement quand elle fut suivie de l’épouvantable épidémie de grippe espagnole de 1918, beaucoup crurent que les cavaliers de l’Apocalypse avaient été lâchés et que la civilisation elle-même était à l’article de la mort.

Bien évidemment, c’était loin d’être le cas. Au lieu de marquer le début de la fin catastrophique de ce système de choses, 1914 a été le point de départ d’un développement du monde à un niveau tel que les précédentes générations n’auraient même pas pu l’imaginer.

covered-wagonsIl est indéniable que l’humanité a tiré un grand profit des progrès technologiques qui ont été accomplis depuis le début de la Révolution industrielle. Au moins chez les nations où ces progrès ont été possibles, les bénéfices ultimes de la science appliquée et des innovations ont été nombreux. Ainsi, le monde en a bénéficié sur un plan pratique grâce à la réduction de la mortalité infantile; l’éradication de certaines maladies; la réduction du nombre de disettes et de famines; un accroissement global de l’espérance de vie ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie.

En revanche, au même moment, les populations de ces pays développés sont devenues de plus en plus dépendantes de ce système de choses complexe et déroutant. Mais le plus troublant est la vulnérabilité croissante de toutes les nations sans exception aucune face à la terrible menace que représente la multitude des armes de destruction massive ainsi que la perspective d’un holocauste nucléaire doublé d’une catastrophe écologique.

Pour illustrer les profonds bouleversements sociaux que l’industrialisation a provoqués au début du XXe siècle, nous pouvons prendre comme exemple le fait que la majorité des gens des pays développés vivaient encore à cette époque dans des petites fermes familiales, dans des petites villes ou des villages. Même si certains étaient pauvres, les gens étaient plus autonomes que maintenant, à des degrés divers. C’est la raison pour laquelle la Grande Dépression qui sévit aux États-Unis dans les années 1930 ne s’est pas soldée par une gigantesque famine. A côté des aides que le gouvernement fournissait pendant cette sombre période, telles que la soupe populaire, la Civilian Conservation Corp. et la Social Security, à l’exception de la zone désertique appelée le Dust Bowl, beaucoup de citadins sans emploi n’eurent qu’à retourner dans leurs fermes familiales pour trouver de quoi vivre le temps que la crise passe.

Or, de nos jours, la majorité des 6,7 milliards d’âmes qui peuplent notre planète vivent dans des villes et des centaines de millions d’entre elles s’entassent dans des mégapoles tentaculaires et se retrouvent donc dépendantes du bon fonctionnement d’un système labyrinthique sans cesse plus complexe et fragile; tel que le réseau électrique, les transports publics, le système du flux tendu, les carburants et les systèmes de stockage et de distribution d’eau, le traitement des eaux usées et pour finir le dédale des interconnections des réseaux de communication. Les denrées de première nécessité telles que la nourriture, le carburant, les vêtements et les médicaments peuvent provenir d’une myriade de différents petits fournisseurs et d’intermédiaires disséminés aux quatre coins de la planète. Qu’un maillon se brise dans cette gigantesque chaîne de dimension mondiale et c’est la catastrophe assurée.

Peut-être qu’un des changements les plus significatifs et qui porte le plus à conséquence dans la manière dont la technologie a changé le monde ces dernières décennies est le développement d’un système financier mondial géré par informatique et d’une complexité sans nom. Bien que ce dernier soit au demeurant bénéfique pour les peuples de ce monde, afin de faire ressortir l’hypervulnérabilité des nations aux risques inhérents à un tel système, nous pouvons mentionner le récent effondrement financier qui démarra pour de bon en septembre 2008 et qui se propagea à l’imitation d’une onde de choc aux quatre coins du globe, allant jusqu’à provoquer en quelques heures à peine des crises économiques dans des endroits très éloignés de Wall Street, l’œil du cyclone, tels que l’Islande, l’Indonésie ou l’Inde. Même les fers de lance industriels que sont l’Allemagne, la Corée du Sud, la Chine et le Japon ont vacillé à cause de l’effondrement du système mis en place par Wall Street.

Comme indice du caractère critique de la crise financière actuelle, citons que même si quelques semaines avant que la crise ne fasse la une des journaux, des politiciens et des hommes d’affaires raillaient l’éventualité d’une récession, ces mêmes individus évoquent aujourd’hui sur un ton apeuré le risque d’une récession systémique et appellent de leurs vœux une solution globale aux terribles difficultés qui les ont submergés. Depuis le début de la tempête financière, les gouvernements et les banques centrales du monde entier ont multiplié les plans de gestion de crise, injectant désespérément des milliers de milliards de dollars, de livres sterling, d’euros, de yens ou autres dans les banques et les marchés dans le but de prévenir l’effondrement des systèmes monétaires et financiers mondiaux.

Malheureusement, il semble que cet effondrement soit inévitable. Cela parce qu’il est mathématiquement impossible que des milliards de milliards de dollars de dette issus de produits financiers fictifs que l’on appelle dérivatifs soient jamais réglés. Le système financier mondial actuel est usuraire, improductif, spéculatif et prédateur par nature. La bulle de crédit, cette gigantesque structure faite pour gonfler et exploser, est en train d’atteindre à grands pas les limites de ses capacités d’extraction du sang des proies dont elle se nourrit car ces dernières sont désormais exsangues.

Alors, que semble nous réserver l’avenir ?

Justion BohanEn résumé, tout est en place aujourd’hui pour que se produise cette catastrophe auparavant inimaginable ; en l’occurrence l’effondrement du système financier américain basé sur le dollar. Et parce que la mondialisation a atteint de telles proportions, le dollar américain tenant lieu de réserve monétaire mondiale, aucune nation ne pourra échapper à la catastrophe qui est sur le point d’engloutir le système anglo-américain.

En vérité, cette tempête financière qui n’en finit pas de s’étendre et de balayer le monde peut ravager des nations entières, les plus riches en particulier. Et avec une crise aussi sévère en toile de fond, une autre guerre mondiale est de moins en moins improbable, laquelle arrangerait les plans de certains pouvoirs en place déterminés à ne pas perdre leur influence sur le monde une fois la crise passée.

Alors que d’un côté, les progrès de l’informatique et de la science ont apportés tant de bienfaits à l’humanité, ils ont également permis aux autorités gouvernementales de disposer de moyens de surveillance quasiment illimités et ont permis à des petits génies de la finance de pratiquer l’art de l’escroquerie et du pillage à très grande échelle. Également, ils ont rendu possible en quelques clics de souris des attaques informatiques malveillantes qui auraient des conséquences dévastatrices si elles étaient dirigées contre des banques mondiales. Et bien que les moyens modernes de transport aient grandement facilité les voyages intercontinentaux, ils ont aussi facilité la propagation rapide de maladies contagieuses à partir de régions isolées. Mais encore plus déconcertant, des stratèges militaires se sont même servi des moyens qu’offre la technologie pour perfectionner la stratégie mise en œuvre par Hitler, la Blitzkrieg – la guerre éclair – connue maintenant sous le nom “choc et effroi.”

Et bien que la science ait permis la Révolution verte et l’obtention de meilleures récoltes, la complexité du marché actuel et les monopoles exercés par certaines grandes corporations à tous les niveaux de la chaîne d’alimentation signifient que le moindre grain de sable peut faire enrayer toute la machine et causer des disettes et des famines à des échelles insoupçonnables, même dans les pays nantis. Oui, la science a permis à l’humanité de disposer de médicaments et d’instruments chirurgicaux qui sauvent d’innombrables vies mais elle a aussi créé des souches virales et bactériologiques, des super-toxines et a malheureusement permis que des hommes mauvais n’aient qu’à presser un bouton pour annihiler la race humaine.

En résumé, le monde a stupidement mis au point les moyens de sa propre destruction et comme le principe qui sous-tend les décrets divins est que ceux qui sèment le vent finissent par récolter la tempête… Après tout, comment une telle civilisation corrompue et impie peut-elle finir autrement que dans un maelström, produit de sa propre folie.

“UNE GRANDE TEMPÊTE SE REVEILLERA”

Même si cela fait longtemps qu’ils l’attendent, les Témoins de Jéhovah s’imaginent que la grande tempête de Jéhovah descendra tout droit des cieux et qu’elle se manifestera sous la forme d’une démonstration impressionnante de puissance divine. Même s’il est vrai que Christ révèlera sa présence au monde au moyen de manifestations surnaturelles de puissance divine lors de la guerre finale d’Har-Maguédôn, ceci n’est pas la tempête de Jéhovah, tout du moins dans sa phase initiale.

La Bible dit que la tempête provient du milieu des nations elles-mêmes. Même si Jéhovah n’en est pas la cause, il ne s’y opposera pas et s’en servira pour mener ses jugements à bien. C’est ce qui ressort du chapitre 25 du livre de Jérémie qui nous dit : “ ‘ À coup sûr, un vacarme parviendra jusqu’à la partie la plus lointaine de la terre, car Jéhovah a un différend avec les nations. Oui, il se mettra en jugement avec toute chair. Quant aux méchants, il les livrera bel et bien à l’épée ’, c’est là ce que déclare Jéhovah. “ Voici ce qu’a dit Jéhovah des armées : ‘ Voyez ! Un malheur sort de nation en nation, et une grande tempête se réveillera des parties les plus reculées de la terre.

Aux jours de Jérémie le prophète, la “grande tempête” qui fut “réveillée des parties les plus reculées de la terre” était composée des puissantes légions de la Babylone antique. Les nations, les unes après les autres, furent broyées sous le rouleur-compresseur babylonien. Aucune nation de cette partie du monde n’y échappa – pas même Juda avec Jérusalem, sa charmante capitale perchée en haut d’une colline.

Isaïe décrivit les armées de Babylone comme féroces, comme une force irrésistible; envoyées par Dieu lui-même, disant d’elles : “Il a levé un signal pour une grande nation au loin, et il a sifflé vers elle, à l’extrémité de la terre ; et, voyez, elle viendra rapidement, en toute hâte. Personne n’est fatigué et personne ne trébuche chez eux. Personne ne somnole et personne ne dort. Non, la ceinture autour de leurs reins ne sera pas ouverte, et les lanières de leurs sandales ne seront pas rompues ; car leurs flèches sont aiguisées et tous leurs arcs sont tendus. Oui, on prendra les sabots de leurs chevaux pour du silex, et leurs roues pour un ouragan. Leur rugissement est comme celui du lion, et ils rugissent comme de jeunes lions à crinière.” (Isaïe 5:26-29)

Mais l’invasion babylonienne, aussi terrible et étendue qu’elle eût été, ne fut en aucun cas une catastrophe mondiale. Jéhovah “ne s’était [pas non plus à l’époque] mis en jugement contre toute chair,” comme le déclare la prophétie de Jérémie. Ceci nous amène à l’inévitable conclusion que les prophéties contenues dans les Ecritures hébraïques et qui sont relatives à la conquête du “monde” par l’Empire babylonien se réaliseront à plus grande échelle sur le dernier roi, celui que la Révélation appelle le huitième roi.

Nous en avons la confirmation en Jérémie 23:19-20 qui indique que la tempête tourbillonnante de Jéhovah aura un accomplissement en grand “dans la partie finale des jours.” Lisons ces versets : “Voyez ! La tempête de vent de Jéhovah, la fureur, sortira à coup sûr, oui une tempête tourbillonnante. Sur la tête des méchants elle tourbillonnera. La colère de Jéhovah ne s’en retournera pas, jusqu’à ce qu’il ait exécuté et jusqu’à ce qu’il ait réalisé les idées de son cœur. Dans la période finale des jours, vous prêterez attention à cela avec intelligence.”

Bien que les Témoins de Jéhovah soient convaincus que la partie finale des jours1 a débuté en 1914, il est évident que “la tempête de Jéhovah” n’a pas encore commencé à faire rage. Cela est un fait et les Témoins de Jéhovah seront loin d’être de simples badauds oisifs – assistant à distance aux ravages de la tempête, contrairement à ce que certains pourraient s’imaginer. En fait, la tempête tyrannique imminente sera le moyen par lequel Jéhovah se mettra en jugement contre son peuple, pour commencer – débusquant les hommes mauvais et sans foi de leurs cachettes au sein de son organisation.

Se pourrait-il que les tempêtes financières qui frappent aujourd’hui les nations ne soient en fait que de simples bourrasques prodromiques s’échappant de l’orée de cette tempête tourbillonnante de Jéhovah qui s’approche à grands pas – l’avenir nous le dira.

“un orage d’eaux puissantes qui inondent”

En Isaïe 28:2, Dieu a émis une alerte de tempête mondiale sous la forme d’un décret contre sa nation/congrégation, disant : ”Voyez ! Jéhovah a quelqu’un de fort et de vigoureux. Comme un orage de grêle, une tempête destructrice, comme un orage d’eaux puissantes qui inondent, à coup sûr il jettera à terre avec force.

Ce “quelqu’un de fort et de vigoureux” fait référence à l’instrument terrestre dont Dieu se servira pour mener à bien ses jugements. C’est ce qui appartient à Jéhovah qui sera jeté à terre par “l’orage de grêle” et cela est évident du fait que le reste fidèle de “son peuple” ne sera pas balayé par cet “orage de grêle” et les pluies diluviennes des jugements divins. Mais non seulement les fidèles survivront à ce déluge de condamnation, mais les versets 5-6 prédisent que Jéhovah les distinguera et deviendra leur “couronne de beauté” au cœur de la bataille. Ces versets rassurants nous disent : “En ce jour-là, Jéhovah des armées deviendra comme une couronne de parure et comme une guirlande de beauté pour ceux qui resteront de son peuple, comme un esprit de justice pour celui qui siège au jugement et comme une force [pour] ceux qui repoussent la bataille loin de la porte.

1 Le “temps de la fin”, la “conclusion de ce système de choses” et la “partie finale des jours” sont des expressions interchangeables.

d10a97c60826020278bf01f42c5d6b8f-e1426951821797L’expression – “ceux qui resteront de son peuple” – peut également se dire “le reste de son peuple”. “Le reste”1est une expression biblique couramment utilisée par les Témoins de Jéhovah pour parler des oints – l’expression étant un vestige de la King James Version. Le plus remarquable, cependant, est la similarité de ce passage de la prophétie d’Isaïe avec le chapitre 12 de la Révélation. Plus particulièrement, le “déluge” de persécution vomi par le dragon symbolique et satanique et dirigé contre la femme de l’alliance est précisément le même type de catastrophe que celui dépeint par “l’orage d’eaux puissantes.” Comment peut-on en être sûr?

Le livre de la Révélation révèle qu’il sera donné au Diable le droit de jeter le malheur sur la terre et sur la mer quand il déchaînera le choc et l’effroi contre le reste de la semence de la femme ; ceci étant la conséquence de son expulsion des cieux lorsque sera exécutée la première mesure décidée par le royaume du Christ dont l’instauration est aujourd’hui imminente. La prophétie d’Isaïe est en harmonie avec cet ordre de succession des événements.

La prophétie indique que la tempête a lieu en même temps que l’instauration du royaume. Parlant de Jésus Christ comme de la pierre sur laquelle est bâti le royaume de Sion – Sion étant la capitale symbolique du royaume céleste de Dieu – la prophétie poursuit : ““Voici que je pose comme fondement en Sion une pierre, une pierre éprouvée, l’angle précieux d’un fondement sûr. Celui qui exerce la foi ne sera pas pris d’affolement. Oui, je ferai du droit le cordeau et de la justice le niveau ; la grêle devra balayer le refuge du mensonge et les eaux inonderont la cachette. Oui, votre alliance avec la Mort sera dissoute et votre vision avec le Shéol ne tiendra pas. Le flot torrentiel débordant, lorsqu’il passera — vous aussi, vous devrez devenir pour lui un lieu qu’on piétine. Chaque fois qu’il passera, il vous emportera, car matin après matin il passera, pendant le jour et pendant la nuit ; oui, cela ne deviendra qu’une raison de trembler [quand il s’agira] de faire comprendre [à autrui] ce qu’on a entendu. ”

Le torrent d’inondation de la condamnation de Jéhovah balaiera inéluctablement le mensonge au sujet de la présence de Christ en 1914. Une fois que la véritable et imposante présence de Christ aura enfin commencé, ce torrent jaillira et dénoncera la corruption de ceux qui s’accrochent obstinément aux “fables habilement inventées” de la Société.

1 “Le reste” fait référence aux élus qui resteront sur terre après le début de la première résurrection.

Pour sûr, la croyance tenace selon laquelle le salut n’est possible que pour ceux qui restent loyaux à la Société Watchtower, comme s’ils avaient fait alliance avec la Mort, sera alors balayée et lessivée. Leur lieu de refuge mensonger et fabriqué de toute pièce, basé sur la supposée inviolabilité de “l’organisation terrestre de Jéhovah” sera emporté comme le château de sable d’un enfant à marée haute.

Comme exemple de la manière dont la Société a essayé de se soustraire aux jugements divins, voyons ensemble en quoi l’application qu’elle a faite du chapitre 54 d’Isaïe est erronée. La prophétie est adressée à la femme de l‘alliance, à la femme de Dieu qu’il aime mais qui se retrouve “chahutée” par la tempête. Voici ce que disent les versets 7-8 : ““ Pour un petit instant je t’ai complètement abandonnée, mais avec de grandes miséricordes je te rassemblerai. Dans un débordement d’indignation je t’ai caché ma face, un instant seulement, mais avec une bonté de cœur pour des temps indéfinis, j’aurai vraiment pitié de toi…”

A la lumière de ce que nous venons de lire, il est manifeste que le “débordement d’indignation” que Jéhovah fait se déchaîner contre son peuple est la même chose que “les eaux puissantes qui inondent” dont il est parlé en Isaïe chapitre 28. Pourtant, la Société n’en fait pas la même interprétation. Selon elle, le débordement d’indignation de la part de Jéhovah contre la “femme”, la congrégation, fut en fait lâché en 1918 contre les Etudiants internationaux de la Bible ; alors que les eaux qui balayent “votre alliance avec la Mort” sont interprétées comme étant le jugement contre la chrétienté qui se réalisera lors de la désolation du “lieu saint”, durant la grande tribulation. En gros, la Watchtower enseigne que les prophéties d’Isaïe font référence à deux vagues différentes de jugements métaphoriques lancées contre deux entités distinctes et que Jéhovah considère comme siennes.

Le Béthel est allé si loin dans ses interprétations des visions prophétiques dans le but d’invalider les jugements de Dieu à son encontre que c’est comme si la Société avait réalisé une vision avec la Mort et avait conclu un accord avec le Shéol pour demeurer en vie. Cependant, Jéhovah a décrété que la tempête imminente dissoudra ce pacte avec la Mort. Comme conséquence de la dissolution de ce pacte illicite avec la Mort et le Shéol par Jéhovah, la Watchtower est vouée à devenir un simple “lieu que l’on piétine” ; destinée à ressembler, pour ainsi dire, à ces décombres jonchant le sol au lendemain d’une grande et terrible tempête.

Ceux qui auront été dupés et qui auront prêté foi au pacte de la Société avec la Mort seront terriblement déçus. Ces Témoins de Jéhovah, si imbus de leur propre justice du fait qu’ils appartiennent à l’organisation seront extirpés de leur “lieu de cachette” et devront se tenir devant le trône de jugement du Christ sans la médiation rassurante d’une quelconque organisation terrestre. Cette tempête imminente marquée par la guerre, l’effondrement du système financier mondial et la tyrannie fera vaciller ces hommes qui ne jurent que par l’organisation.

Le chapitre 32 d’Isaïe fait aussi la corrélation entre la venue du Christ et la grande tempête de tyrannie. Les premiers versets de ce chapitre nous disent : ““Voyez ! Un roi régnera pour la justice ; et quant aux princes, ils gouverneront comme princes pour le droit. Et chacun devra être comme une cachette contre le vent et une retraite contre la tempête de pluie, comme des ruisseaux d’eau dans une terre aride, comme l’ombre d’un rocher massif dans une terre épuisée.

La Watchtower enseigne que la prophétie s’est déjà accomplie de nos jours au sein de l’organisation des Témoins de Jéhovah. Les princes gouvernant pour le droit et qui sont comme une cachette contre le vent sont censés être les anciens dans les congrégations. Mais cela ne peut pas être le cas étant donné que “la tempête de pluie” n’a pas encore débuté. Il est plus logique d’affirmer que les princes symbolisent les saints du royaume après qu’ils auront été établis sur tous les biens de leur maître. Les princes, accompagnés de Christ – le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs et le Prince des princes – serviront durant ce jour sinistre et funeste de lieu de refuge pour les rédimés au cours de la période qui suivra la disparition de la Société Watchtower.

Le chapitre 25 d’Isaïe démontre incontestablement que la tempête de Jéhovah n’est pas un phénomène surnaturel mais symbolise plutôt une tempête de tyrannie qui est sur le point de s’abattre sur les nations. A cet effet, Isaïe 25:7 nous dit : “Oui, il engloutira dans cette montagne la face de l’enveloppe [étendue] sur tous les peuples [et] qui les enveloppe, ainsi que le tissu qui est tissé sur toutes les nations.

La montagne dont il est question dans ce verset symbolise évidemment le royaume du Christ instauré sur toute la terre. Toutefois, “l’enveloppe [étendue] sur tous les peuples [et] qui les enveloppe” n’est pas la mort adamique, comme l’enseigne à tort la Watchtower. Le contexte a trait au jugement de Jéhovah contre “la ville des nations tyranniques” qui est donc la capitale symbolique du gouvernement mondial instauré par Satan après l’effondrement du système actuel.

“L’enveloppe” qui “est tissée sur les nations” préfigure le “succès” final d’une conspiration déjà à l’œuvre visant à prendre les nations dans les filets d’un projet génocidaire. Dans la même veine, la prophétie d’Habaqouq, qui est une vision encore pour le temps à venir, décrit le chaldéen piégeant toutes les nations dans son filet comme de pauvres poissons sans défense. Le chaldéen est appelé ailleurs dans les Écritures “le despote des nations.”

Il n’est pas étonnant que Jésus ait exhorté ses disciples à ne pas être terrifiés lors de la désolation du lieu saint au cours de la grande tribulation. Heureusement, bien que Jéhovah laisse la tempête de tyrannie dévaster le monde, il a aussi promis de pourvoir à un lieu de refuge à ceux qui lui resteraient fidèles.

Isaïe poursuit sa prophétie en ces termes : “Car tu es devenu une forteresse pour le petit, une forteresse pour le pauvre dans la détresse qu’il endure, un refuge contre la tempête de pluie, une ombre contre la chaleur, lorsque le souffle des tyranniques est comme une tempête de pluie contre un mur. Comme la chaleur dans une terre aride, tu soumets le vacarme des étrangers, la chaleur par l’ombre d’un nuage. La mélodie des tyranniques s’éteint.

De la même manière que le Tout-Puissant parla à Job et remit les choses en ordre au beau milieu de vents tempétueux et que Moïse vit Jéhovah Dieu au sommet du Mont Sinaï, pendant que la montagne tremblait, était enveloppée de gigantesques panaches de fumée qui montaient en tourbillonnant et qui était secouée par des tonnerres qui déchiraient l’air, c’est également ainsi que Jéhovah rompra le silence et parlera à son peuple d’aujourd’hui du milieu de la tempête mondiale qui s’annonce.

Le 50ème psaume prédit le moment où Dieu “parlera” du milieu de la tempête pour juger son peuple : “Le Divin, Dieu, Jéhovah, a parlé, il se met à appeler la terre, du soleil levant jusqu’à son couchant. De Sion, la perfection de la beauté, Dieu lui-même est apparu. Notre Dieu viendra et il ne saurait garder le silence. Devant lui un feu dévore, autour de lui s’est élevée une tempête extrêmement violente. Il appelle les cieux en haut et la terre, pour exécuter le jugement sur son peuple…

Bien que la Société Watchtower ait faussement annoncé la présence du Christ et l’imminence du jour de Jéhovah depuis plus d’un siècle maintenant, qu’elle ait fait chuter d’innombrables chrétiens et ait perdu sa crédibilité aux yeux de beaucoup, cela n’empêchera en rien le dessein de Dieu de mettre le monde en jugement. Bien au contraire, ce sont les Témoins de Jéhovah eux-mêmes ainsi que les erreurs et la corruption de la Société Watchtower qui déclencheront la tempête de Jéhovah. Comme au temps jadis, Dieu va prochainement parler à son peuple pécheur du milieu de la tempête tourbillonnante de la plus grande tribulation que ce monde ait jamais connu.

Cette tempête réveillera les endormis de leur torpeur spirituelle et servira de signe à ceux qui seront restés fidèles pour qu’ils sachent que le temps est venu de quitter ce qui aura été jusqu’alors l’organisation terrestre de Jéhovah. Mais, au lieu de faire allégeance à une organisation visible, les véritables Témoins de Jéhovah seront appelés et rassemblés autour de l’organisation invisible de Dieu – qui sera alors le royaume céleste du Christ désormais instauré.

Si l’on en juge par l’état dans lequel se trouve la Société Watchtower actuellement et l’accélération de l’effondrement du système financier mondial, il semblerait que les temps et les saisons annoncés comme le point d’orgue du grand dessein de Jéhovah sont enfin là. Le temps est venu pour Jéhovah de briser le silence et de parler !

Les prochains chapitres de cet ouvrage examineront les décisions judiciaires contenues dans les jugements à venir sur la maison de Dieu, ainsi que la nature des agitations politiques annoncées dans la parole prophétique de Dieu, laquelle annonce la chute du système mis en place par la double puissance anglo-américaine et l’apparition d’un bras séculier, d’un instrument terrestre choisi par Jéhovah pour exécuter ses jugements, lequel sera à terme détruit par Christ et les 144 000 saints une fois la tâche accomplie.

 calligraphy-90